dimanche 1 février 2015

[ Certaines n'avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka ]

Auteur : Julie Otsuka
Genre : contemporain
Editions 10/18
Année 2013
143 pages 

Résumé

En 1919, des Japonaises embarquent pour une longue traversée vers San Francisco où les attendent des hommes à qui elles sont mariées par procuration et dont elles ne connaissent qu’une chose : une photo.


Mon avis


Fini tout juste ce matin, je suis encore sous le coup de cette lecture. Ce tout petit roman commence sur un bateau où de jeunes japonaises vont à la rencontre de leurs maris qu'elles n'ont encore jamais vu. En très peu de pages, Julie Otsuka a réussi à me captiver et à me prendre aux tripes. 

A chaque chapitre, elle aborde un aspect de la vie de ces japonaises aux Etats-Unis, de toutes ces japonaises. Avec une seule voix elle revient sur le triste destin de ces femmes catapultées dans un pays inconnu où elles vivront dans la misère et le travail acharné. C'est avec tendresse et empathie qu'on se penche sur leurs destins. 

La narration et le style de l'auteur, Julie Otsuka, peuvent désarmer plus d'une personne ; elle passe d'une femme à une femme et en un chapitre, elle raconte la vie de dizaines et de dizaines de femmes. C'est touchant de voir tous ces destins entremêlés et oubliés. D'autant plus touchant que le dernier chapitre clôt assez brutalement leurs vies. Basé sur une histoire vraie et sur des recherches historiques de l'auteur, j'ai été fascinée par ces femmes, émue par leurs destins et touchée par leurs quotidiens de femmes japonaises dans un pays étranger. 

J'ai peur de trop en dire sur ce tout petit livre. Il se dévore tout seul et si j'en dévoile trop cela pourrait peut-être gêner bon nombre d'entre vous. C'est un livre à lire et à ressentir. Un livre à chérir et un passé - même s'il est très lointain de nous géographiquement - à ne pas oublier. 

1 commentaire:

  1. J'ai commencé ce livre très récemment, pas encore terminé mais je trouve le sujet très intéressant. Ce qui m'a le plus interpellé c'est sa narration, elle est "chorale". Elle nous donne le point de vue d'un nombre conséquent de jeunes femmes en quelques lignes. C'est assez perturbant au début mais en fin de compte c'est quelque chose que j'apprécie car on a plusieurs ressentis qui peuvent largement différer de l'une à l'autre ou alors ne subir que de légères variations.
    J'attends de voir la suite du coup, surtout que tu parles d'une fin brutale, ça m'intrigue !

    RépondreSupprimer