samedi 17 août 2013

[ Otaku Blue, #1 et #2 de Richard Marazano et Malo Kerfrieden ]



Mon avis


J'ai craqué pour la couverture du premier tome lors de sa parution sans connaître l'histoire et sans en avoir le moindre soupçon. 
Outre des couvertures qui en jettent et dont je suis follement fan, l'histoire croise dans un Japon résolument moderne, une thésarde - dont le sujet de recherche est la culture populaire japonaise - et un duo de policiers qui enquête sur des meurtres en série visant des femmes. Ce meurtrier en série prélève à chacune de ces femmes une partie de leur anatomie (pieds, mains, seins)

Il n'y a que deux tomes pour cette enquête et cela nous suffit amplement. Un seul aurait même été envisageable. Mais ne croyez pas que je n'ai pas aimé ! J'ai bien aimé mais j'ai tout de même trouvé que le premier tome a des longueurs et perd en suspense, ce qui est bien regrettable. Cependant, le tome 2 est supérieur et se lit plus vite car il n'a pas les longueurs du premier tome. 

Toutefois, l'histoire reste intéressante. De plus, elle est accompagnée de très beaux dessins représentant un Japon farfelu avec des cosplayers et des J- horrors movies. A certain moment, j'ai eu comme un doute quant à l’identité du tueur mais ce fut vraiment bref comme doute et comme moment.

Je fais très bref sur ces deux tomes car je n'ai pas grand chose à dire. Je les ai appréciés et je ne leur adresse qu'un seul reproche : il manque un brin d'actions et de rebondissements. Puis, tous les fans du Japon découvriront un Japon rarement dépeint dans les dramas et très loin du Japon des karaokés. 

Ah si ! On reconnaît le Japon dans les images car, en plus des personnages aux yeux bridés et à la peau jaune, tout est très coloré et vif. Et puis, je rajoute à ce dernier commentaire : j'ai adoré m'immerger pour quelques pages dans le monde des cosplayers (ce monde très loin des cosplayers occasionnels des salons ou autres manifestations qui promeuvent la culture japonaise et la culture geek - otaku- aux yeux des simples mortels tels que vous et moi). 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire