vendredi 8 mai 2015

[ A Silent Voice #1 et #2 de Yoshitoki Oima ]




Auteur : Yoshitoki Oima
Genre : Manga

Editions Ki-OON
Année 2015
Mon avis

Coup de cœur pour ces deux  tomes de manga à la fois révoltants et attristants mais dont le ton est très juste. Les adolescents sont cruels entre eux. C'est certes, très -trop- courant au Japon où l'action se passe mais cela arrive également en France où l'on parle de plus en plus d'harcèlement entre pairs dont le phénomène est amplifié par l'omniprésence des réseaux sociaux sur Internet.
Toutefois, ici, il n'est pas question de cela. Il est question de bousculades, d'insultes, des moqueries prodiguées par toute la classe envers une élève, la jeune Shoko. Atteinte de surdité, elle ne veut pas être traitée différemment. Cependant, immatures, les chahuteurs s'en prennent à elle et ceux qui ne s'en prennent pas à elle soutiennent les chahuteurs. Dans un cas comme dans l'autre, ces jeunes adolescents deviennent des harceleurs avec à leur tête, une jeune tête brûlée, Shoya Ishida.
Mais, quand la mère se plaint auprès du directeur des tourments, tout le monde dénonce Shoya et de harceleur, il devient harcelé. Malgré son revirement d'attitude, je n'ai pas réussi à le plaindre. Certes, c'est dramatique mais ça l'est tout autant ce qu'il a fait subir pendant des mois à la jeune Shoko. Cinq ans après les faits, ilveut se faire pardonner et gagner l'amitié de la jeune fille.
J'ai trouvé que l'histoire de ce manga était malheureusement transgénérationnelle. Les différences telles que le handicap, pour reprendre l'exemple du livre, ont toujours suscité une gêne chez les personnes "normales" et cela se transforme en violence car ces personnes ne savent pas comment gérer ces différences justement. D'ailleurs, j'ai été choquée, troublée par la réaction de l'enseignant, premier témoin de la montée de la violence chez ses élèves. Il laisse faire. Il dispute Shoya mais ne prend aucune vraie mesure pour empêcher cela et décourager les harceleurs. Les conséquences de tels actes ont été fatales pour beaucoup de jeunes qui ont subi au quotidien ces actes. Shoko n'est pas soutenue par les enseignants de l'école qui sont pourtant censés assurer le bien-être et la sécurité de leurs élèves.
En bref, j'ai trouvé ce manga très juste mais effrayant de vérité sur les violences à l'école et sur les réactions de l'entourage des harceleurs et des harcelés. A mettre entre toutes les mains pour réfléchir sur l'amusement d'un élève ou d'un groupe d'élèves au détriment d'un autre élève.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire