lundi 23 avril 2012

[Les raisins de la colère de John Steinbeck]



Résumé 

Une famille de fermiers de l'état de l'Oklahoma est jetée à la rue. N'ayant ni travail ni argent, ils décident alors de prendre toutes leurs économies et de rouler jusqu'en Californie. Mais tout n'est pas gagné pour la famille. 


Mon avis 

     Paru en France en 1947, l'action de ce roman se passe durant les années 1930, après la crise boursière de 1929. L'économie est bouleversée et beaucoup de familles se retrouvent sur les routes à la recherche d'un travail. La famille Joad que nous suivons dans ce road trip est une famille très pauvre de fermiers. Quand il décide de quitter leur État, on ressent avec eux leur espoir d'un avenir meilleur. Mais de chapitre en chapitre, tout ne va pas forcément aller vers le mieux. On perçoit alors toute la déception qu'il ressente alors que le voyage ne se passe tel ils l'auraient espérés. 
    
 Au fil de ce roman, on a plusieurs thèmes qui reviennent et qui nous font ressentir tout le poids de la crise que le pays (ou le monde devrais-je dire).  Ainsi, on y croise l'espoir d'un avenir meilleur ailleurs, la crise qui touche tout le pays et toutes les branches socio-professionnelles (agriculteurs, salariés, banquiers, policiers ...). Mais on y retrouve également la cruauté de l'homme vers ses semblables qui s'oppose à un autre thème récurrent dans l’œuvre qui est la solidarité que les personnes peuvent montrer envers d'autres personnes plus démunis. Les liens familiaux tiennent également une place importante. C'est l'histoire d'une famille qui reste unie malgré tout et qui ne veut pas se séparer.        
     
D'ailleurs, la mère Joad refuse dans tout le roman d'abandonner un des siens derrière ; elle explique son refus par le fait que selon elle, en cas de crise, il n'y a que la famille qui compte. 
J'ai tout d'abord été réticente à la lecture dans les quatre premiers chapitres. Je ne comprenais alors pas où l'auteur voulait en venir (surtout le chapitre avec la tortue) mais j'ai tout de même continué ma lecture et je dois bien avouer que je ne le regrette pas. C'est un autre de mes coups de cœur de l'année !
    
 Cette famille est très vite attachante, elle vit des drames dont elle ne cesse de se relever plus confiante et plus solide encore. Cet ouvrage est un bon exemple pour la société actuelle plus individualiste et capitaliste que jamais. Les pauvres sont très pauvres et en chient tandis que d'autres en profitent. Ici, nous avons toutes les conséquences de la crise qui a touché tout d'abord les banques qui se sont jeté alors les agriculteurs, qui ne peuvent plus payer leurs fermes alors ils renvoient leurs employés qui se délocalisent pour chercher du travail etc. 
      
De plus, je l'ai également aimé parce que les personnages ne sont pas caricaturaux, ils sont authentiques. On éprouve une réelle sympathie pour toute la famille qui se bat pour sa survie et qu'on suit à travers tous ses drames sur le chemin de leurs rêves. 
Toutefois, pour savoir s'ils arrivent au final à les réaliser ou pas c'est à vous de le lire pour le savoir !


 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire