mardi 3 juillet 2012

[I am a hero #1 de Hanazawa Kengo]


Ce manga est un seinen, c'est-à-dire réservé à un public averti. Il est sorti en 2012. Je l'ai lu car il était recommandé par la Syfy. Or, c'est ma chaîne préférée (avec Disney Channel et France 4). En plus, en ce moment (et j'en dors mal), je suis dans ma période zombie, même si je suis une vraie chochotte et qu'après j'ai peur de poser mes pieds par terre dans le noir ... Mais ça c'est encore autre chose ! Bref ...

C'est l'histoire d'un jeune trentenaire un peu particulier, Hideo. Il est mangaka et tente de percer dans le métier en se faisant publier. Il est également paranoïaque, a peur de rentrer seul le soir (comme je le comprends) et a un ami imaginaire. Sa petite amie est également mangaka et elle lui parle sans cesse de son ex, un mangaka reconnu dans la profession, ce qui le complexe énormément. Un jour, sans crier gare, il va y avoir beaucoup de cas de maladies présentés à la télévision. A la fin du manga (désolée du spoiler mais bon, c'est un peu le fil conducteur), le héros et nous-mêmes, lecteur, apprenons que ces malades deviennent en fait des sortes de zombies... 

Le titre du roman est une phrase récurrente dans le manga (en tout cas dans ce tome-là). Le personnage est un loser, qui, comme je l'ai déjà dit, a un ami imaginaire à qui il parle dans les toilettes ou ailleurs. Le scène où Hideo pisse sur son ami imaginaire m'a juste marquée ... Toutefois, même s'il est un loser, pour s'auto- encourager, il se répète dans les pires moments, quand il est triste ou qu'il a peur, qu'il est un héros. Il aura certainement besoin d'y croire si la suite correspond à ce que je pense.

Dans ce tome, on a principalement la mise en place et la présentation du personnage, de ses tocs et de son entourage. On a également son univers et surtout une présentation de comment le bouleversement va s'installer car, tout le long de ce tome, on a des indices sans vraiment savoir ce qu'il va se passer. Seule la dernière page est un choc et bouleverse le fil de l'histoire qui est quelque peu longuette.

Effectivement, la mise en place du récit et l'explication du milieu du personnage apportent une longueur à l'histoire. On sait que c'est une histoire de zombies, on aperçoit les signes, mais rien n'y fait ça n'avance pas. Toutefois, comme je l'ai dit, c'est à la toute dernière page que le bouleversement se fait et c'est donc cette toute dernière page qui nous laisse en haleine ! Car, oui même si l'histoire est longue, moi je veux lire le tome 2 ! Bref, pour se faire une idée de l'intérêt du récit, je vais continuer sur le tome 2 (quand je l'aurais bien sûr). Ce tome est juste une introduction à l'histoire. Même s'il est construit telle une dissertation : introduction bonne qui intéresse le lecteur et le pousse à lire les parties même si la problématique est encore floue pour le lecteur ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire