lundi 17 juin 2013

[ Pas de pitié pour Martin de Karin Slaughter ]


Résumé 

Martin Reed, la quarantaine, est un loser. Sa vie privée oscille entre accompagner sa mère dans ses multiples clubs, regarder la télévision et lire. Sa vie professionnelle n'est pas glorieuse non plus. Il n'est respecté par aucun de ses collègues et est souvent leur souffre- douleur. Un jour, le cadavre d'une de ses collègues est retrouvé avec partout des indices et des témoignages incriminant Martin. 

Mon avis

Lu pour une lecture commune sur le forum l'Âme du livre, je commence ce petit livre (à peine 139 pages) sans vraiment savoir à quoi m'attendre. Mais voilà, je suis étonnée par son contenu. Je l'ai trouvé surprenant. 

D'abord, j'ai trouvé l'histoire intéressante mais qu'il y avait un truc qui manquait. Par exemple, le personnage de Martin nous fait certes rire mais il nous hérisse les poils à certains moments. Dans quelques passages, j'ai eu envie d'entrer dans le livre et de le secouer ! Il pourrait être tellement mieux avec juste un brin d'initiative, de courage et d'envie. Bref, Martin m'a un peu agacé. Bon, d'après le titre et le résumé de quatrième de couverture, je me doutais bien qu'il était pathétique. Mais à ce point, c'était inattendu. 

Puis, l'intrigue policière est vraiment en arrière- plan. Toutefois, elle est  tut de même assez importante et est le fil conducteur du récit. C'est à travers elle qu'on découvre Martin et l'inspectrice Albada, la seule qui le croit non coupable. Albada est un personnage important car elle inspire également la pitié du lecteur, mais peut être pas autant que Martin lui-même. Quant à sa mère, une peste qu'on a envie de baffer tellement elle est exécrable. Pareil pour Unique, l'autre personnage féminin qui est un stéréotype ambulant à elle toute seule. 

Ensuite, un point par contre qui m'a fait apprécier ma lecture, c'est incontestablement l'humour - noir - qui est bel et bien présent. Il y a des phrases qui, certes ne font pas rire aux éclats, font tout de même sourire. On l'imagine bien se prêter à dire ses petites phrases bien américaines - culturellement parlant. Et puis, Martin aime les gens et trouvent des excuses à des persécuteurs quant à leurs "facéties" à son égard et ça, ça m'a fait sourire. 
Aussi, ce n'est pas vraiment un policier (ou alors je suis une réincarnation de Miss Marple, ce dont je doute) car le coupable n'est pas compliqué à démasquer.

En bref, j'ai bien aimé cette lecture elle a des points positifs mais malheureusement, elle a des points négatifs également. C'est plutôt mitigé comme bilan. Après, le récit est vraiment court et on est très vite pris dans les mésaventures de ce pauvre Martin. 

1 commentaire:

  1. Merci pour ton avis mais je ne pense pas me laisser tenter par cette lecture.

    RépondreSupprimer