lundi 12 août 2013

[ La maîtresse de Rome de Kate Quinn ]



Résumé 


Antiquité : Thea, jeune esclave à Rome, appartient à une impitoyable, capricieuse et vaniteuse jeune fille, Lepida Pollia. Au hasard de la vie, Thea va rencontrer le beau gladiateur, Arius le Barbare. Mais coup du sort, acharnement et jalousie de sa maîtresse, elle se retrouve très vite éloignée de Rome. 

Mon avis

Avec ce roman, je redécouvre la romance historique. J'avais précédemment adoré Outlander de Diana Gabaldon et n'avais plus lu par la suite d'histoires appartenant à ce genre (hormis la suite de Outlander et trois livres de Sonia Marmen).

Passion, jalousie, politique, sang et courage sont les maîtres mots de cette fiction. J'ai dévoré les 544 pages sans voir ni le temps passer ni les pages défiler. 
Les personnages aidant, l'auteur a parfaitement su recréer la Rome antique que je m'imaginais lors de mes cours de latin ou d'histoire antique. Tout est décrit : de la tenue des personnages, de leurs coupes de cheveux au décor d'arènes, de palais ou encore de jardins. C'est clair que derrière cette romance, il y a autre chose que les sentiments des personnages. 

Tout d'abord, il y a la documentation que l'auteur a rassemblé pour rendre cette histoire parfaitement crédible. On peut tout à fait imaginer l'empereur Domitien être aussi cruel, les rapports entre les couches sociales ou encore les conditions de vie des esclaves et des gladiateurs. Surtout que, à la fin du livre, des annexes nous sont présentées et rassemblent les personnages ayant existé avec la citation des sources dont Kate Quinn s'est inspiré pour créer ses décors et ses personnages. 

Puis, il y a les intrigues qui rassemblent, lient et délient les personnages. Celles- ci sont originales dans le sens où on ne s'y attend jamais. J'ai vraiment été surprise par le déroulement de certains passages de l'histoire et cela a créé  chez moi une frustration et un pincement au cœur. J'avais un schéma pré-établi de l'histoire et ce n'est pas sans l'ingéniosité de l'auteur de nous surprendre et de sortir des sentiers battus pour arriver à sa fin : capter son lectorat. 

Je ne regrette pas cette lecture commune. J'ai adoré les deux personnages principaux : Arius et Thea. Mais j'ai bien aimé aussi la famille Norbanus. Lepida m'a hérissé les poils, je l'ai détesté du début jusqu'à la fin ! Je ne vois pas quoi dire d'autres, je pense que l'essentiel est dit :D 
Si vous voulez en savoir davantage sur ce livre, sur l'auteur ou sur la "suite" vous pouvez vous rendre sur le catalogue de la maison d'éditions Presses de la cité : >> I C I <<. 

7 commentaires:

  1. Et bien.. ça a l'air pas mal tout ça ! Encore un livre à ajouter dans "mes envies" ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le prêterai si tu veux. En septembre je m'achète le 2 ^^

      Supprimer
  2. Je viens de le finir. Coup de coeur! Merci à toi de m'avoir donner le déclic pour le lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je suis contente qu'il t'ait autant plu qu'à moi :)

      Supprimer