jeudi 26 février 2015

[ Dix-sept ans de Colombe Schneck ]


Auteur : Colombe Schneck
Genre : contemporain
Editions Grasset
Année 2015
91 pages

Résumé

Dans les années 1980, la narratrice, 17 ans, est enceinte de son petit-ami. Elle décide l'avortement et explique dans ce témoignage comme elle l'a vécu et comment elle le vit encore aujourd'hui.

Mon avis

Dans ce témoignage de 91 pages, Colombe Schneck revient sur un événement marquant de son adolescence. Adolescente et libre comme l'air, elle ne pensait qu'à sortir et au baccalauréat. Mais tout ne se passe jamais comme on le souhaiterait. Elle tombe enceinte et prend la lourde décision d'avorter. Dans ce récit, elle revient sur ses sentiments dans cette épreuve et après cette épreuve.
Au 21ème siècle, nous sommes des femmes libres ; nous pouvons choisir ce que nous faisons de notre vie et de notre corps. Dans ce récit, l'auteur exprime que le vent de liberté qu'elle pensait inébranlable a été perturbé par un événement qu'elle sait loin d'être anodin mais dont elle ne relevait pas l'ampleur que cette décision pouvait prendre dans sa vie.

Telle une lettre au disparu, Colombe Schneck exprime comment cet événement s'est passé. Elle pensait être libre et avoir le temps de grandir. Mais prendre la décision d'avorter n'est jamais une chose simple ni une chose ordinaire. En revenant sur son adolescence, elle témoigne de fait sur la condition de sa famille (aisée), sur ses projets d'avenir mais également sur une façon de penser et de voir la vie propre aux années 1980. A travers le combat de plusieurs femmes telles que Simone Veil, Marie-Claire Chevalier ou l'auteur Annie Ernaux (qui dans son récit L'evénement aborde de cette même thématique), elle raconte son expérience et c'est avec maturité qu'elle revient sur cet acte qu'elle n'a jamais oublié et qu'elle n'a jamais cherché à enterrer. 

En femme libre, on oublie souvent que la liberté de disposer de son corps n'a été acquise qu'après batailles. Et que ces batailles ne sont pas si anciennes. Nous n'étions pas nées. Ces libertés dont les femmes d'antan se sont battues sont loin d'être anodines ni inébranlables. Comme l'est un avortement. A l'heure où un retour en arrière est toujours possible (malheur !), le droit de la femme à disposer de son corps n'est pas un droit acquis dans toutes les mentalités. L'avortement pose encore un problème d'éthique dans les communautés religieuses.

En bref, ce roman a été un coup de poing pour moi pour réfléchir à cette question de l'avortement et de ses limites. La femme tombe enceinte et pas toujours par choix ; ce livre rappelle que, dans un couple, la femme (ou fille) doit être plus attentive aux questions relevant de la sexualité et en particulier de la contraception. Avoir ou ne pas avoir d'enfant, être mère.... Une question bien épineuse et une réponse sous forme de témoignage. Alors, merci Colombe Schneck, de rappeler que l'IVG n'est pas une intervention banale, sans conséquence et relevant de l'ordinaire. 

Dans son discours à l'Assemblée, Simone Veil déclare  à son public quasiment masculin : « Je le dis avec toute ma conviction : l'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue. Mais comment le tolérer sans qu'il perde ce caractère d'exception, sans que la société paraisse l'encourager ? Je voudrais tout d'abord vous faire partager une conviction de femme - Je m'excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d'hommes : aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement. Il suffit d'écouter les femmes. » 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire