samedi 7 février 2015

Théâtre : L'Augmentation de Georges Pérec, mis en scène par Grégory Bourut


Je n'ai pas l'habitude de vous présenter des pièces de théâtre. Mais cette année, j'ai eu l'occasion d'aller en voir quelques unes et je pense que faire le point sur chacune d'elles me paraît intéressant. 

Aujourd'hui je vous parle d'une pièce écrite par Georges Pérec en 1970 ; usant de techniques d'argumentation qu'on pourrait facilement organiser carte mentale, on découvre la vie en entreprise de façon très binaire mais s'ouvrant sur des possibilités quelques fois très décalées. 


Binaire car, le texte fonctionne en oui et non. Une proposition, deux choix, quatre possibilités etc. 

Sur scène, cinq personnages mais une seule voix. Une seule voix pour nous exposer des choix à faire si un jour, nous rendons visite à notre chef de service pour lui demander une augmentation. Le ton est résolument moderne pour une pièce qui a quarante ans. Le metteur en scène a pris le parti pris d'user de sons, de matières mais de rester très neutre dans les costumes des personnages, dans leurs jeux assez répétitifs pour un texte qui l'est tout autant. 

Personnellement, je ne vais pas faire de critique sur la pièce car je m'y connais assez peu mais je vais vous présenter mon avis après la représentation. 

J'ai trouvé la pièce hilarante ; elle nous parle à tous et j'ai trouvé brillant la manière dont la scène est dépouillée pour laisser la place aux acteurs de bouger, de s'exprimer et de déclamer un texte. Au début, j'ai été intriguée par l'entrée des personnages et par le talent des acteurs qui restent immobiles un certain temps tels des marchandises de ladite entreprise qui les emploie. J'ai également adoré la façon dont le texte nous arrive. Il est brusque et il nous emporte dans cette entreprise sans nom mais qui doit très certainement fonctionner de la même manière que toutes les entreprises. Après cette représentation, j'y ai vu une adaptation d'un texte et pourtant, je ne le connais pas le texte de Pérec ; j'essaierai de le trouver pour le confronter à la vision que j'ai eu de cette même pièce. 

Par ailleurs, le jeu d'acteurs a été époustouflant. Tout est calculé au millimètre près, au souffle près ! Au départ, les personnages représentent une unité de la pièce : habillés quasiment à l'identique, reprenant et finissant les phrases des autres. Mais par la suite, j'ai trouvé que chacun d'entre eux devenait différent des autres. Tout cela se voyait dans les expressions du visage ou dans leurs manières de bouger sur scène. 

En bref, je ne m'y connais pas en théâtre mais j'ai trouvé cette pièce drôlement jubilatoire, usant de l'humour noir, des images et des topoi de l'esprit corporatiste. Si vous avez l'occasion de voir cette représentation, hâtez- vous ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire