samedi 19 septembre 2015

[ La maladroite d'Alexandre Seurat ]

Auteur : Alexandre Seurat
Genre : contemporain, drame
Edition du Rouergue
Coll. La Brune
Année 2015
112 pages 

Résumé 


Tout commence par un avis de recherche, diffusé à la suite de la disparition d'une enfant de 8 ans. 
Mon avis


Cette année, je commence ma rentrée littéraire par ce court roman d'Alexandre Seurat. Il y conte l'histoire de Diana, petite fille âgée de 8 ans. 

Dans ce roman, elle est la grande absente de l'histoire. L'histoire est sur elle mais elle contée du point de vue des personnages qui l'ont connu, ses instituteurs, les directeurs d'école, sa tante, sa grand-mère, son frère, les gendarmes, les assistants sociaux, ... Tout est relaté comme s'il s'agissait de témoignages comme ceux qu'on a l'habitude de voir à la télévision. L'histoire est racontée en faits. On y ressent d'autant plus l'impuissance des différents narrateurs sur les actes de maltraitance dont souffre la jeune Diana. 

En tant que lecteur, l'histoire prend au cœur de nos émotions. J'ai souhaité que ce petit bout dénonce ses parents et que les enquêtes des services sociaux avancent plus vite. La machine administrative s'est mis en marche trop tard et trop lentement pour ce petit bout qui a eu la malchance de tomber sur ces parents-là. Autour de cette petite-fille, il y a des adultes. Tous n'ont pas réagi à la maltraitance et à cette violence. Certains s'en veulent d'être resté aussi passifs, aussi silencieux alors que chaque jour, ils étaient témoins de cette misère. 

J'ai particulièrement été touchée par la tendresse de cette petite pour ses bourreaux ; elle est dans une situation extrêmement difficile et dans tous les témoignages, elle reste joviale même rouée de coups et couverte de blessures. D'autant plus émue, que cette lourdeur administrative et cette mécanique qui est censée protéger les enfants, au contraire la délaisse. Les personnes qui ont voulu l'aider "dans les règles" déclenchent un rouage de cette machine et malgré un dossier qui s'étoffe tout le long de ces témoignages ; rien ne bouge. Cette petite n'est alors que bien "maladroite" au regard des autorités qui ne peuvent rien faire et qui ne font rien tant que Diana ne se décide pas à parler de ses parents. 

En bref, je découvre ici un très très beau roman polyphonique dont les faits sont relatés s'une froideur et d'une lenteur. Les années passent, sans que rien ne soit pris en charge pour le bien-être et la sécurité de cette petite fille au quotidien. A travers ce roman, on se pose des questions sur la maltraitance et sur les moyens établis pour prévenir de cette maltraitance. C'est angoissant de constater la normalité en public et la sauvagerie dont ils font preuve dans la vie parent. Un roman glaçant de réalisme et de vérité. Un roman à lire pour comprendre.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire