lundi 21 mars 2016

[ La concubine russe de Kate Furnivall ]

Auteur : Kate Furnivall
Genre : fiction historique
Editions Charleston
Année 2016
701 pages

Résumé


1918 : Lydia, encore enfant, et sa mère Valentina fuient leur Russie natale pour gagner la Chine et recommencer leur vie. Désargentées, Lydia se met très vite à voler les passants ...

Mon avis


Voilà longtemps que je n'ai pas lu de fiction historique authentique et originale. Loin des Etats Unis et du Royaume-Uni, l'histoire commence en Russie lors des révolutions russes du début XXème siècle. Issue d'une famille aristocrate et mariée à un aristocrate, Valentina se voit obligée de fuir avec son mari et sa fille Lydia pour rester en vie. Malheureusement, leur convoi est arrêté et les hommes fusillés.  Les deux femmes parviennent à s'enfuir mais sans un sou, elle tente de survivre dans un univers hostile. 

La toute première partie de l'histoire nous présente différents personnages tels que Ted Willoughby l'instituteur, M. Mason l'aristo anglais ou encore M. Parker un journaliste qui croise le chemin de Lydia par hasard. Il y a d'autres personnages comme Lydia et Chang-Lo, un natif chinois qui sauve la vie de la jeune fille. De tous ces personnages, j'ai préféré les deux derniers cités car Lydia est une jeune fille marquée par la vie, elle fait des erreurs mais elle ne pense qu'au bien-être de sa mère, Valentina. Quant à Chang, le jeune homme est communiste quand il était encore mal vu de l'être en Chine. Avoir le point de vue de Chang sur son pays, sur l'évolution de son pays et sur les européens, les anglais notamment, m'a beaucoup plu. Je ne connais pas grand chose de l'histoire de la Chine et l'action de ce récit se passe à un moment charnière pour ce pays. 

Mais c'est dans la deuxième partie du roman que j'ai trouvé que l'histoire se révélait. Lydia évolue, devient adulte et elle devient de ce fait beaucoup plus intéressante. De même que sa relation avec Chang, ils développent des sentiments l'un vers l'autre qui vont à l'encontre des convenances de l'époque. Deux autres personnages m'ont beaucoup plu, il s'agit Théo Willoughby et Li Mei. Leur relation est authentique et je l'ai même trouvé magnifique, émouvante ... Tout comme le roman tout entier d'ailleurs ;) 

En bref, ce roman m'a ému, il m'a touché et captivé. Le côté historique est détaillé, il est clair et j'ai appris énormément de choses sur l'histoire du pays. Je ne peux que vous conseiller La concubine russe si vous aimez les fictions historiques autant que les romances. Elle a su toucher mon petit cœur sensible. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire