lundi 20 juin 2016

[ Mr Holmes de Bill Condon ]

Avec Ian McKellen, Laura Linney, …
Genre : policier, drame
Année 2016
Mon avis

1947, Sherlock Holmes a bien vieilli. Après une enquête fatigante, il décide de s’isoler à la campagne du Sussex où il embauche une gouvernante pour s’occuper de lui tandis qu’il réfléchit à l’écriture de sa dernière enquête…

Un film sur Sherlock Holmes, ça ne se rate pas ! Et un film avec Ian McKellen, encore moins ! Ce film est 100% british pour notre plus grand plaisir ! Ian McKellen interprète un Sherlock Holmes vieillissant, perdant la mémoire. Il se rattache à une enquête pour faire revenir ses souvenirs et il souhaite l’écrire car Watson, narrateur des aventures de Sherlock, est décédé quelques années plus tôt.

Ce film raconte la toute dernière enquête de Sherlock Holmes ; il l’a oublié et ses souvenirs s’effacent. Bien loin de la série Sherlock ou bien même de tous les précédents films sur le personnage, ici, le personnage est présenté comme un homme ordinaire. Résistant, il a survécu à tout le monde et cela lui pèse. Solitaire et vieux bougon, il accepte mal la déchéance de son corps et surtout de son esprit.

Ce film est pour moi une très belle découverte. Vu par hasard au cinéma car le film que nous devions aller voir avait déjà commencé et que, quitte à être au cinéma, on choisit un film en vitesse. Et je ne regrette pas ce choix ; les acteurs ont un jeu superbe où l’on ne peut pas rester insensible à la sénescence qui a pris possession de Sherlock Holmes, le héros que l’on n’oserait jamais imaginer devenir vieux (en tout cas, cela ne m’était jamais venue à l’esprit). Il y a une telle émotion dans ce film que l’on ne peut pas rester de marbre. On rajoute à cela des paysages anglais sublimes qui donnent un petit côté romantique à l’histoire – même s’il n’est nulle question de romance dans ce film.



En bref, c’est un film qui m’a profondément ému et que je recommande à ceux qui savent apprécier les films contemplatifs centrés sur les émotions des personnages et sur la personnalité de ces mêmes personnages, les films sublimes d’ambiance où l’on ne reste pas insensible au devenir des personnages. Même vieux, Sherlock Holmes apprend encore des choses sur la vie et sur les gens – oui, oui rien que ça ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire