dimanche 12 mars 2017

[ Zaï Zaï Zaï Zaï de Fabcaro ]

Auteur : Fabcaro
Genre : bande dessinée, humour
Editions 6 pieds sous terre
Parue le 15 mai 2015
72 pages
Mon avis


Un jour comme les autres, un auteur de bande dessinée fait ses courses dans un supermarché. Arrivé à la caisse, il se rend compte qu'il a oublié sa carte de fidélité ! Drame dans ce monde de consommation, il est obligé de fuir et nous emmène avec dans un road trip particulièrement barré.

D'un événement assez banal, l'histoire va de rebondissement en rebondissement. Ces sursauts d'intrigue présentent à chaque fois une facette de la société dans laquelle vit le dessinateur. Cette société est assez proche de la nôtre pour nous faire relever par l'absurde des travers mais assez éloigné tout de même pour montrer des situations poussées à l'extrême et franchement hilarantes. Dans cette bande dessinée, tout y passe : la société de consommation, les médias, les discours politiques – et les discours de personnalités politiques.

La situation de notre jeune personnage principal, Fab, empire de page en page et les situations s'enchaînent rapidement. Il se retrouve très vite seul et éculé dans un village où il tente de joindre sa famille et de prouver son innocence : non, il ne l'a pas fait exprès d'oublier sa carte de fidélité ! Cette bande dessinée m'a franchement fait rire ; les situations sont absurdes mais gardent toutefois une dimension réaliste qui dénonce des travers de notre société – même si les situations et réactions sont ici poussées à l’extrême. Les passages où des personnes lambdas discutent et donnent leurs opinions sur les faits ont été mes passages préférés car ils révèlent une propension à juger une situation d'après les médias et sans recul nécessaire l'exercice de l'esprit critique.


En bref, cette bande dessinée est hilarante quoique frappante de réalisme ; on se demande jusqu'où va aller l'auteur pour dénoncer tel ou tel sujet … Le tout est très bien traité, il utilise le bon ton et les bons angles pour parler d'une situation dégénérée et absurde. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire