mercredi 21 juin 2017

[ La lectrice de Raymond Jean ]

Auteur : Raymond Jean
Genre : contemporain, littérature française
Editions Actes Sud
Coll. Babel
Paru en février 2003
216 pages 

Résumé

Une jeune femme, Marie-Constance, met une annonce dans le journal local : elle propose ses services en tant que lectrice.
Mon avis

Il y a deux ans, j’étais tombée sur ce titre un peu par hasard. J’avais lu les premières lignes et finalement, je l’avais reposé. Puis, cette année, un peu par hasard également, je retrouve ce livre et cette fois-ci, je décide de le lire entièrement. Avant de tomber sur ce livre pour la première fois, je ne connaissais pas l’auteur. Encore à ce jour, je ne me suis pas renseignée sur ses autres écrits, je l’ai donc découvert avec ce roman…

Je dois dire que cette lecture m’a fait passer par plusieurs états. D’abord, j’avais envie de lire la vie de Marie-Constance, en apprendre davantage sur sa vie connaître ses pensées et les raisons pour lesquelles elle décide de faire de la lecture, son métier. Le récit est concentré sur ce personnage, l’auteur a choisi la narration interne à la première personne pour nous faire entrer dans le personnage et découvrir de l’intérieur ses pensées.

L’idée de lire à des personnes qui ne peuvent pas ou ne peuvent plus le faire m’a au premier abord enchantée. Puis, au fur et à mesure que je découvrais le personnage, elle m’est apparue comme un personnage totalement égocentrique, qui aime entendre sa voix, qui aime plaire mais qui ne prend pas égard des autres personnages et en particulier de son mari. Sa fausse pudeur m’a profondément agacée. Au lieu d’en faire un personnage original et intrigant, Marie-Constance est devenue à mes yeux, un personnage d’une niaiserie exaspérante. Elle joue avec ses clients et ensuite, elle fait l’innocente … J’ai eu envie de lui donner des claques dans la plus grande partie du roman …

Toutefois, je vais finir sur une note positive – la seule ahem, j’ai adoré la façon dont l’auteur introduit les livres et notamment la lecture comme un acte délivrant l’esprit des contraintes et comme un acte d’une puissance qu’il peut délivrer autant que soumettre.


En bref, ce récit m’a profondément déçu. Marie-Constance est un personnage inconstant et profondément antipathique. Les défauts du personnage m’ont fait passer un moment de lecture particulièrement désagréable, je me suis forcée à le finir pour voir si elle allait retenir quelque chose de ses erreurs et de ses choix. Mais non, pendant tout le récit, elle reste égale à elle-même. Dommage …

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire