dimanche 15 octobre 2017

[ Le voyageur de Koren Shadmi ]

Auteur : Koren Shadmi
Genre : bande dessinée, science-fiction
Editions Ici-Même
Paru en août 2017
176 pages

Mon avis

Un homme seul voyage à travers le temps et l’espace. On ne sait guère d’où il vient, qui il est et pourquoi il voyage mais toutes nos questions trouvent réponses au fil des pages. Quand on commence ce roman graphique, très peu d’indices nous sont donnés quant au cadre spatio-temporel. L’histoire débute le long d’une route, un homme de dos et sous la pluie fait du stop. On peut dire que Koren Shadmi, scénariste et dessinateur de cette bande dessinée, sait manier le suspense. Il en insuffle suffisamment dans ses dessins pour donner envie au lecteur d’en savoir un peu plus sur cet étrange voyageur un peu trop pâle, à l’œil fixe et peu bavard.

Le personnage principal paraît, dès les premières pages, détaché de l’univers dans lequel il évolue. Il tient des propos obscurs qui suscitent la curiosité. Le découpage en chapitres permet à l’histoire de se développer sur plusieurs décennies - siècles ? - et en des lieux différents. Quant aux ellipses narratives, elles permettent aux lecteurs de se concentrer sur quelques rencontres ou événements importants de la vie de notre héros.

Avec ce récit, je découvre un auteur appartenant à la scène indé des comics. Koren Shadmi s’intéresse surtout à la contemplation du personnage principal des activités humaines et de l’évolution de la société. Il voyage mais refuse de s’impliquer. On ne sait pas d’emblée pourquoi il voyage mais la fin du récit apporte des réponses à toutes nos questions.

J’avoue que j’ai eu un coup de cœur pour ce roman graphique. A priori, je m’étais arrêtée aux couleurs et au découpage assez classique - hormis le chapitrage qui, lui, est atypique - des vignettes et puis, en me plongeant dans l’histoire, j’ai de suite compris que le fond comme la forme sont loin d’être ordinaires. Déjà, si on s’arrête à la façon dont Koren Shadmi a utilisé les couleurs. Il les alterne d’un chapitre à l’autre : dans un chapitre le dessin est bleu sombre, dans un autre il est dans les tons rougeâtres ou dans un autre encore verdâtres et ainsi de suite. Il sort du cadre spatio-temporel avec ses couleurs et propose de cette manière des bonds dans le futur, nous montrant, par la même occasion, un futur qui est loin d’être glorieux … Je ne l’ai pas encore dit, mais cet ouvrage est véritablement protéiforme : mi-anticipation, mi-science fiction, mi-récit de voyage …  Et en même temps, il offre une magnifique réflexion sur la fuite, la culpabilité et l’humanité.

En bref, je ne saurais que vous recommander la lecture de cette bande dessinée atypique, originale et immersive. Au risque de me répéter - ah ben non, je me répète et tant pis (mieux?) -, ce fut une lecture coup de cœur et je n’ai pas hésité à la relire de suite après ma première lecture pour avoir une autre vision de l’histoire et surtout de notre héros bien énigmatique.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire