jeudi 18 janvier 2018

[ Je m'appelle Mina de David Almond ]

Auteur : David Almond
Genre : jeunesse, littérature contemporaine
Editions Gallimard
Coll. Folio junior
Paru en 2014
320 pages

Résumé


Mina, 9 ans, vit seule avec sa mère depuis la mort de son père. Le plus souvent réfugiée dans son arbre à l'abri du monde, elle joue avec les mots, invente des histoires, raconte sa vie de tous les jours, le bonheur de regarder la vie d'en haut, parmi les oiseaux, loin du monde d'en bas, où elle a eu si peur. C'est d'amitié et de la liberté que nous parle Mina. Écrire son journal intime lui permettra-t-il de nous confier son secret et d'enfin s'ouvrir au monde ?
Mon avis


J’ai lu ce roman car le titre m’a de suite parlé. En effet, mon chat s’appelle Mina et j’avais envie de découvrir ce personnage de fiction qui a le même nom. Puis, je l’ai feuilleté et j’ai vu que la typographie et la mise en page n’étaient pas du tout banales. Je l’ai donc choisi sans en connaître le contenu ou les thèmes abordés. 

Loin d’être un roman trop jeunesse, ce roman aborde des thèmes qui parleront à beaucoup de lecteurs : jeunes comme moins jeunes. Mina est un personnage à peine âgée de neuf ans. Malgré son très jeune âge, elle souffre d’un mal qui la pousse vers le refuge des mots et de l’écriture : la solitude. A travers ce journal, elle raconte sa vie et son quotidien. Elle se pose des questions quant aux mots et leurs significations. Elle les illustre, change la police en fonction des émotions qu’elle ressent et qu’elle veut faire passer. Des fois, ce ne sont que des gribouillis, des ratures etc mais d’autres fois, elle crée des dessins avec des mots… Loin d’être un journal ordinaire, Mina y met tout son cœur pour raconter son histoire et ses pensées. 

Au début de l’histoire, on peut penser que Mina est une petite fille ordinaire mais, on comprend vite qu’elle cache quelque chose. Elle ne fait pas que le cacher aux lecteurs, elle se le cache aussi. Ses blessures n’apparaissent pas d’emblée et il faut se laisser porter par la plume de Mina pour comprendre ce qu’elle ne veut pas avouer. 

Ce roman, destiné à un public jeunesse, n’est pourtant pas si enfantin. En plus de ses thèmes assez durs, Mina a vécu un drame qui l’oblige à voir la vie autrement et surtout à vivre sa vie autrement. 

En bref, j’ai commencé la lecture de ce roman car j’étais intriguée par Mina. Il s’avère qu’il s’agit d’un personnage loin d’être anodin. Derrière son jeune âge, se cache un drame qui fait d’elle une jeune fille solitaire qui doit réapprendre le contact humain et la présence autour d’elles d’autres personnages, certains ayant des fêlures tout comme elle. J’ai été émue par le personnage de Mina et par son histoire. L’auteur, David Almond, délivre une histoire magnifique de par son fond comme par sa forme. A mes yeux, il s’agit d’une véritable pépite de la littérature dite pour la jeunesse. Toutefois, si l’auteur use des codes de la jeunesse, un certain recul sur la vie est nécessaire pour tout saisir. L’histoire est en effet beaucoup plus complexe que le ton innocent et candide de Mina ne laisse paraître. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire