mardi 13 mars 2018

[ No home de Yaa Gyasi ]

Auteur : Yaa Gyasi
Genre : fiction historique, littérature américaine
Editions Calmann Lévy
Paru en janvier 2017
450 pages 
-------->Paru aux éditions du Livre de Poche en  janvier 2018

Résumé

XVIIIe siècle, au plus fort de la traite des esclaves. Effia et Esi naissent de la même mère, dans deux villages rivaux du Ghana. La sublime Effi a est mariée de force à un Anglais, le capitaine du Fort de Cape Coast. Leur chambre surplombe les cachots où sont enfermés les captifs qui deviendront esclaves une fois l’océan traversé. Effi a ignore que sa sœur Esi y est emprisonnée, avant d’être expédiée en Amérique où des champs de coton jusqu’à Harlem, ses enfants et petits- enfants seront inlassablement jugés pour la couleur de leur peau. La descendance d’Effia, métissée et éduquée, connaît une autre forme de souffrance : perpétuer sur place le commerce triangulaire familial puis survivre dans un pays meurtri pour des générations.

Mon avis


Depuis ma lecture du roman de Bakhita de Véronique Olmi, je m’intéresse énormément au commerce triangulaire et en particulier à la vie des esclaves africains déportés et arrachés à leur pays et à leurs familles. Dans ce roman, Yaa Gyasi prend comme point de départ la vie de deux sœurs qui ont vécu dans des tribus différentes du Ghana, les Ashanti et les Fantis. Maama a eu deux filles - Effia et Esi - dont l’une lui a été enlevée très jeune et élevée par une famille différente. Les deux sœurs vont avoir des vies très différentes. L’une va être arrachée à sa tribu et mise en esclavage par les soldats anglais, déportée aux Etats Unis et vendue tandis que l’autre va se marier avec un anglais. Les jeunes femmes et leurs descendants par la suite vont vivre des vies totalement différentes mais pas si éloignées que cela.

L’auteur a choisi dans ce roman de raconter l’histoire du Ghana au travers les personnages des deux soeurs mais également au travers de leurs descendants. L’histoire commence bel et bien au XVIIIème siècle mais elle se termine des siècles plus tard au XXIème. Entre temps, on découvre les enfants des enfants des enfants etc. Pas le temps de se lasser - quoique, je ne suis pas sûre qu’on puisse s’en lasser - puisque l’auteur nous présente le temps d’un chapitre la vie d’un personnage en alternant entre les descendants des deux soeurs. Ainsi, le temps d’un chapitre, on découvre leurs vies, ce qu’il advient d’eux mais également leurs combats On suit plus particulièrement l’odyssée de cette famille qui connaît esclavagisme, déportation, asservissement, violences de toutes sortes, drogue… et au fil des années, on voit cette famille d’origine ghanéenne devenir des afro-américains, cherchant à s’intégrer dans une société qui ne veut d’eux que pour effectuer les plus bas travaux, les considérant à peine comme humains.

Personnellement, ce roman est un coup de coeur. L’auteur ne cherche pas à apitoyer le lecteur sur le sort des personnages même si leur destinée est loin d’être enviable mais elle nous montre l’Histoire sur plusieurs générations d’une famille afro américaine, arrachée à leurs terres et éloignée des leurs. L’auteur a fait énormément de recherches pour décrire dans les grandes lignes l’histoire de ce commerce. Elle y raconte les humiliations, les sévices mais aussi elle raconte les rencontres, les mariages, les naissances et surtout leurs luttes ! Lutter pour être libre, avoir des droits, être reconnus comme citoyens à part entière. Tous ces personnages sont terriblement émouvants, ils ont chacun une voix unique qui résonne et du début à la fin du chapitre qui leur est réservé, on vibre avec eux et on s’indigne des injustices qui font leurs quotidiens.

En bref, Yaa Gyasi livre ici, avec un écriture captivante et maîtrisée, un roman magistral et fascinant où elle fait résonner les voix de ses personnages comme des échos à d’autres voix plus actuelles. Elle fait vivre mille et une émotions à ses lecteurs qui vibrent au gré des destinées d’Esi, Effia et de leurs descendants. Pour ma part, je pense rester marquée très longtemps par ce roman qui éclaire une partie de l’Histoire pour laquelle je ne m’étais jamais renseignée mais qui m’intéresse de plus en plus. Après avoir lu ce roman, on ne peut pas fermer les yeux et rester insensibles à la condition des afro-américains autrefois mais également aujourd’hui encore aux Etats- Unis.


A lire

A voir :

  • 12 years a slave
  • Django enchained
  • Amistad
  • American Gangster
  • Boyz'n the Hood, la loi de la rue

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire