samedi 21 avril 2012

[Dracula de Bram Stocker]

Biographie de l'auteur (édition pocket)

        Abraham Stoker, connu sous le nom de Bram, est né à Clontarf, près de Dublin, le 8 novembre 1847, dans une famille modeste de sept enfants. De santé fragile, il passe son plus jeune âge auprès de sa mère qui le familiarise avec les légendes irlandaises et les romans gothiques. 
A seize ans, il entre au Trinity College et devient à vingt ans, chroniqueur dramatique au Dublin Mail. En 1875, Bram Stoker écrit The primerose path, un feuilleton publié dans la revue Shamrock et, en 1879, paraît Au-delà du crépuscule, un livre de contes pour enfants dédié à son fils Noël. A partir de 1887, il publie des nouvelles devenues des classiques du genre fantastique comme La maison du juge ou La squaw, tout en parachevant durant dix ans ce que Oscar Wilde saluera comme "le beau roman du siècle", Dracula. Ce récit épistolaire, paru en mai 1897, connaît le succès dès sa parution et Bram Stocker fera lui-même l'adaptation théâtrale de ce qui deviendra une source d'inspiration majeure pour le cinéma. 
Par la suite, Bram Stocker publiera d'autres romans d'aventures fantastiques tels que Le joyau des sept étoiles et Le repaire du ver blanc, un récit inspiré des légendes celtiques. Précurseur  de la littérature de terreur moderne, Bram Stocker, qui a également ouvert la voie à Lovecraft, est mort le 21 avril 1912. 

Résumé de la quatrième de couverture : 

      Répondant à l'invitation du comte Dracula qui prépare son prochain voyage en Angleterre, Jonathan Harker découvre, à son arrivée dans les Carpates, un pays mystérieux. Un pays aux forêts ténébreuses et aux montagnes menaçantes. Un pays peuplé de loups dont les habitants se signent au nom de Dracula. Malgré la bienveillance de son hôte, Jonathan éprouve une angoisse grandissante : Dracula ne se reflète pas dans les miroirs et se déplace sur les murs en défiant les lois de l'apesanteur...

     

     Voilà cent ans qu'est mort Bram Stoker et c'est donc pour cet événement que je vous publie mon avis sur son livre le plus connu, Dracula
     
     On croit tout connaître de l'histoire du comte de Dracula. On s'imagine que c'est un mélange de la série Buffy contre les Vampires, du film Van Helsing avec le très Wolverine Hugh Jackman ou encore des livres d'Anne Rice. Mais, finalement, on se trompe. Ne connaît la véritable histoire que celui qui a daigné ouvrir la première page de cet ouvrage. 
     Au début, je l'ai commencé avec une certaine appréhension parce que j'avais lu et entendu beaucoup de commentaires négatifs. Mais je commence à ne plus me fier aux avis des autres car je suis toujours à contre- courant d'eux =)
      
Publié en 1897, ce livre a une forme bien particulière de lecture car même s'il s'agit d'un roman entrecoupé par 38 chapitres, ses chapitres eux-mêmes sont le regroupement de plusieurs "feuillets" de journaux, de lettres ou encore de télégrammes. Ce système permet de pouvoir s'arrêter plus facilement et de pouvoir reprendre sans avoir à chercher la phrase à laquelle on se souvient s'être arrêtée. Plus sérieusement, chaque chapitre se termine sur une phrase qui pousse le lecteur à entamer le suivant et donc à se plonger encore plus profondément dans cette ambiance particulière. 
     
D'ailleurs cette ambiance et ce décor n'ont eu de cesse de me rappeler le film Sleepy Hollow de Tim Burton dont je vous avais parlé en décembre ici. C'est sombre, gothique et glauque à souhait. On s'imagine tout l'intrigue du livre en noir, blanc et rouge pour le sang qui dégouline au coin des lèvres qui sont elles aussi rouges, tout comme les yeux du comte qui brillent dans le noir et qui sont ... rouges ! 
      
Quant à la narration, elle change de point de vue grâce à la succession de pages de journaux ou lettres écrits par les différents personnages et ça nous permet d'avoir les points de vue de chaque personnage ainsi que leurs pensées et leurs sensations. On peut ainsi aisément se lier à tous les personnages et suivre leurs histoires qui se relient mais qui ne commencent pas de la même manière. 
     
Toutefois, j'ai beau avoir aimé cette petite pépite de fantastique, il y a certaines choses que je n'ai pas appréciées comme l'attente souvent longue entre chaque scène d'action, les discours parfois barbants du vieux Van Helsing et le manque de scènes d'actions qui alourdissent alors l'intrigue. Aussi, je reproche au livre de se terminer abruptement en un chapitre alors qu'il a traîné en longueur dans les chapitres précédents. A part cela et le style d'écriture aidant, j'ai bien aimé. 
Le personnage de Dracula m'a paru comme un personnage subissant sa caractéristique de vampire, il ne l'a pas vraiment choisi même s'il s'en accommode bien. Il est résigné et vindicatif. Au début gentil, ce n'est que lorsque Van Helsing et les autres veulent le détruire qu'il se montre particulièrement sadique et méchant, surtout que son célèbre ennemi hollandais Van Helsing précise qu'il réfléchit et agit comme un enfant capricieux. Il a perdu la sagesse des adultes en devenant un vampire. .. 
     
Ainsi, j'ai trouvé que c'était un personnage intriguant qui méritait son statut et l'attention que notre société lui apporte. Après tout, c'est la mode des vampires depuis Twilight non ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire