dimanche 7 octobre 2012

[ Dune Tome 1 de Frank Herbert ]


Résumé (quatrième de couverture édition Pocket) 

Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers convoite. 

Quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi mystique. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et changera le cours de l'histoire. 
Cependant, les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique ; elles veulent créer un homme qui concrétisera tous les dons latents de l'espèce. La Messie des Fremen est- il déjà né dans l'Empire ?


Mon avis 

 Je vais y aller fort dans cet avis car je n'ai pas vraiment apprécié cette lecture. Je tiens à relativiser car en ce moment avec les cours, le mémoire à préparer, le stage qui approche et le concours en juin, le stress est à son comble. Du coup, je recherchais une lecture qui me détende, une lecture pour ne pas se prendre la tête quoi. 

Je n'ai absolument pas trouver cela dans cette lecture. Dans un autre contexte, je l'aurais peut être apprécié. 


Sur la forme, ce premier tome est assez court (349 pages) et il est divisé en deux grandes parties. Les chapitres n'ont pas de taille standard, ils sont plus ou moins longs. Malgré tout cela, j'ai mis plus d'une semaine pour le lire. 



Du côté du fond, c'est une histoire centrée surtout sur les personnages divers qui la composent : j'ai trouvé que c'était avant tout une histoire de politique. Alors, on a les Harkonnens qui sont clairement les méchants et les Atréides qui sont donc à l'opposé. En haut de cette haine et de cette guerre froide entre ces deux familles, il y a l'empereur qui chapeaute et qui n'est pas aussi neutre qu'il le semblerait. 

Nous, on est du côté des Atréides, on découvre la famille du Duc à travers son fils Paul, un jeune adolescent qui ne pense pas comme un enfant. Dès le début, on est dans le conflit et on assiste à l'éducation du jeune Paul. L'histoire va vite se concentrer autour de lui et on va vite découvrir ce qui ne tourne pas rond. 


Sur le royaume des Atréides, pèse une énorme épée de Damoclès, toutes les composantes de ce royaume sont sur des feux ardents. L'attaque y est imminente et ils s'y préparent tout en s'installant sur une nouvelle planète dangereuse, Dune. 

La population locale, les Fremens, vouent à culte à l'eau, une ressource rare sur cette planète sablée où des vers géants font la faune locale. Quant à la population nouvellement arrivée, elle a du mal à se faire à ces nouvelles coutumes, ... 


Fremens et Atréides sont très différents, sans être en totale opposition, les Atréides doivent la jouer habile pour se les mettre dans la poche avant la bataille avec les Harkonnens. Du côté de la narration, on est totalement centré sur la famille au sang royal des Atréides, on y suit les intrigues au centre de la cour. On sait qui est la taupe dès le début (mais je ne vais quand  même pas vous gâcher le plaisir) et on attend l'attaque, la fin de cette guerre froide. 



Bon, je crois avoir abordé les points principaux. En bref, je n'ai pas vraiment apprécié cette lecture mais je pense que dans un autre contexte, à une autre période de ma vie, je l'aurais sans doute apprécié. Là c'était beaucoup trop prise de tête avec beaucoup trop de politique, beaucoup trop de noms bizarres, beaucoup trop de subtilités ... Affaire à suivre (si je me décide de le relire un jour). 

1 commentaire:

  1. Perso, avec ce que l'on m'avait dit sur cette lecture, je ne l'aurai jamais choisi comme "lecture/ détente" ^^

    RépondreSupprimer