samedi 30 mai 2015

[ Carnets de thèse de Tiphaine Rivière ]

Auteur : Tiphaine Rivière
Genre : bande dessinée
Editions du Seuil
Année 2015
179 pages
Mon avis


Dans Télérama - je crois - , j'en ai vu des extraits et cette bande dessinée avait l'air drôle. J'ai suivi mon instinct et les avis dans divers journaux : je l'ai acheté et lu dans la foulée. 

C'est l'histoire d'une jeune enseignante de français dans un collège classé ZEP qui choisit de commencer une thèse sur Kafka en trois ans. Avec énormément d'humour, de dérision et d'authenticité, elle revient sur ces années-là et sur cette galère. Devenue chercheuse, elle a connu la galère des petits boulots sous payés que la faculté lui a proposé. 

Pendant tout son parcours et malgré tout ce qui lui arrive, elle ne perd que très rarement son optimisme. Des jours, elle n'a pas le moral et ne voit plus le bout de sa thèse ; elle a l'impression de pédaler dans la semoule sans l'aide de son directeur de recherche. 

A travers les yeux de cette jeune doctorante, on découvre le système carnassier des universités ; un système renforcé par des politiques qui, comme d'ailleurs beaucoup de monde, ne comprennent pas l'intérêt des recherches dans le domaine des sciences humaines. Egalement, nous voyons l'intérêt - ou le désintérêt - de son entourage dans se lancer dans une thèse, l'accusant dans les dîners de famille de s'être lancée dans une telle entreprise dans le seul but de ne pas grandir Son fiancé, lui-même, ne la comprend pas. Sa problématique de recherche devient sa compagne de vie, son plan de recherche devient une bâtisse intérieure qu'elle imagine comme étant un chef d'oeuvre de l'architecture. 

J'ai énormément aimé cette bande dessinée ; j'ai trouvé que le ton employé par Tiphaine Rivière était un ton doux-amer. Elle attendait énormément de choses de ses années de recherche et au final, elle se révèle être déçue du monde universitaire (des secrétaires peu aimables dont les bureaux sont toujours fermés, des enseignants chercheurs débordés et absents quand on a besoin d'eux, une administration qui ne nous fournit pas les bonnes informations ni les bons papiers ...). Pour avoir connu cela pendant deux années, j'ai eu énormément d'empathie pour le personnage principal. Je la conseille à tous ceux qui comme elle, ont connu ou connaissent le monde universitaire et qui veulent en rire plutôt que de se plaindre. 

2 commentaires:

  1. Cette bande dessinée semble vraiment sympathique à lire! En tant qu'enseignante, ça pourrait me parler (même si la thèse n'est pas au programme ahah mais qui sait!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui c'est très sympa à lire ; tout le monde me parle de thèse mais je ne me lancerai pas dans l'aventure :) peut-être que ça peut te décider à te lancer ;)

      Supprimer