jeudi 13 août 2015

[ La Secte d'Abaddon, #1 de Les Aventures d'Aliette Renoir de Cécilia Correia ]

Auteur : Cécilia Correia
Genre : fantastique
Editions J'ai lu
Année 2015
384 pages

Résumé


Années 1940 en France, en pleine occupation allemande de la ville de Paris, Aliette Renoir est chasseuse de vampires ....
Mon avis


Cette série m'a fait de l’œil depuis sa sortie en grand format dans la collection Rebelle. Lors de sa sortie en petit format, j'ai sauté sur l'occasion de découvrir cette histoire. 

Le personnage principal est Aliette Renoir, fille d'Emile Renoir, célèbre chasseur de vampires. Le tout premier chapitre commence en fanfare avec une course-poursuite dans les rues de Paris. Et pendant tout le roman, pas de pause ! L'action va très vite ; à chaque passage, un retournement de situation, un événement ou un nouvel indice arrivent. 

L'action va tellement vite qu'il n'y a que très peu de descriptions dans ce roman et des fois, j'ai eu du mal à imaginer les lieux où se trouvaient l'héroïne. Pareil pour les physiques des personnages, j'ai eu l'impression que tous les personnages masculins avaient le même physique. Je reproche également à ce livre le style de l'auteur bien lourdaud avec abus d'expressions vieillottes et inusagées. 

Même si j'ai bien aimé l'intrigue, le reste ne m'a pas vraiment enchanté. J'ai relevé un style lourd, des personnages stéréotypés avec une Aliette irrésistible au regard des mâles de l'histoire. Tous la veulent ; je trouve cela tellement clichés que cela m'a agacé et pourtant grâce à son histoire bien ficelée, j'ai accroché à l'histoire... et je compte lire le second tome en espérant un travail de fourmis autour du contexte historique, des descriptions, du style et des personnages (ça fait beaucoup de choses tout de même). 

En bref, j'ai globalement bien aimé l'histoire qui m'a fait fermer les yeux sur des points qui m'ont gênés. Toutefois, même si je souhaite lire le tome 2, je ne pense pas en garder un souvenir impérissable. Ce premier tome fait partie des livres vite lu, vite oublié.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire