mercredi 11 novembre 2015

[ 2084, la fin du monde de Boualem Sansal ]

Auteur : Boualem Sansal
Genre : anticipation, littérature française
Editions Gallimard
Année 2015
274 pages

Résumé

Abistan est un empire à qui le prophète Abi du Dieu unique Yölah a donné le nom. Ati commence à remettre en doute la religion officielle et la société dans laquelle il vit.
Mon avis

Et voilà la pépite de cette rentrée littéraire 2015 ! Un roman qui reprend 1984 de George Orwell et se centre autour de l’extrémisme religieux, l'obscurantisme à l'échelle d'un empire. 

Dans la première partie de ce roman, l'auteur nous raconte tout le contexte et l'organisation de cet empire. Il décrit comment sont les habitants d'un côté et les dirigeants de l'autre. Cette première partie est une longue description qui nous permet de nous plonger dans cet univers alternatif où la dictature règne en maître et où les individus agissent comme un seul. Ils ne pensent pas mais suivent ce qu'on leur dit de faire. Boualem Sansal aborde cette subordination comme si elle était traditionnelle. Nulle revendication, le peuple comme un seul homme obéit. 

Forcément, les thèmes font un écho glaçant à l'actualité où l’extrémisme religieux fait de nombreux morts partout dans le monde. Boualem Sansal parle également de la censure : en effet, l'empire d'Abi a institutionnalisé l'ignorance et s'approprie le passé - réécrit l'histoire - comme d'ailleurs il est question dans le 1984 d'Orwell. Dans ce contexte établi, il raconte cet empire à travers les yeux d'Ati qui commence à réfléchir et se poser des questions sur la politique, la religion et le système en rigueur en Abistan. 

Au début, il m'a été difficile de rentrer dans l'histoire car la contextualisation est longue. Mais elle est écrite avec une plume si belle que finalement, je me suis laissée transportée dans l'univers partagé par l'auteur. A certains moments, l'histoire devient encore plus dense, des personnages arrivent et on perd un peu le fil de tout. Mais encore une fois, le style de l'auteur nous rattrape et nous livre une fin en apothéose. C'est d'ailleurs cette fin que je retiendrais (et l'exergue aussi). Les thèmes sont glaçants, on ne peut pas ressortir de cette lecture sans se poser des questions en lien avec l'actualité mais également avec notre futur. 2084 n'est pas une date si lointaine après tout... 

1 commentaire:

  1. J'en ai entendu tellement de bien, mais j'ai tellement de livres à lire. Dilemme...

    RépondreSupprimer