jeudi 7 juillet 2016

[ Et pour toujours ce sera l'été de Valentin Spitz ]

Auteur : Valentin Spitz
Genre : contemporain
Editions JC Lattès
Année 2016
250 pages

Résumé


Lucas a 17 ans et passe ses vacances d'été avec son père Marc, star du cinéma,  qui a loué une maison à Saint-Tropez. Cet été lui rappelle des souvenirs d'un drame familial. 
Mon avis


L'histoire de Lucas pourrait ressembler à beaucoup d'autres. Entre un père absent et une mère décédée des années plus tôt, Lucas est un ado qui sort énormément pour occuper ses vacances et s'éloigner de son père toxique. 

L'histoire s'ouvre sur la fin avant de revenir au début de l'été où Lucas raconte sa vie, ses problèmes et ses vacances. Dans la plus grande partie du roman, le lecteur est dans la tête de Lucas ; la narration à la première personne du singulier montre une volonté de l'auteur de ne donner que le point de vue du jeune homme. Dans certains passages, c'est Marie-Baptiste, l'agent de son père, qui donne son point de vue sur les personnages et sur les événements mais ces passages sont assez rares (j'en ai compté 8). 

Le récit alterne entre passé et présent ; Lucas et Marie Baptiste racontent des souvenirs dont, au début de ma lecture, je ne voyais aucun lien. Tout est révélé à la fin. Sans être un thriller, l'auteur Valentin Spitz sait faire monter la pression. Une fois commencé, il est difficile de reposer l'ouvrage car nous sommes pris dans une spirale de rencontres, d'événements et de drames qui fait qu'une certaine curiosité s'installe. Nous voulons en savoir toujours davantage sur les traumatismes du jeune homme. Le personnage principal est atypique car, il nous mène là où il le veut sans pour autant tout nous expliquer. On ne découvre la nature de Lucas qu'aux toutes dernières pages du roman et cela met en lumière certains passages sombres.

Personnellement, j'ai eu du mal à lâcher l'histoire. Toutefois, j'ai comme l'impression d'être passée à côté de certaines insinuations de l'auteur ; c'est un récit à 200 à l'heure et dans certains passages, je n'ai pas compris la logique des faits racontés. Heureusement, la fin est là pour tout éclairer : les personnages, leurs névroses, les interactions et les propos de chacun. Avec une couverture aussi estivale, je ne m'attendais pas à une histoire de la sorte, un roman aussi noir, aussi tortueux et névrosé. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire