mercredi 23 novembre 2016

[ Rouge Tagada de Charlotte Bousquet & Stéphanie Rubini ]

Scénariste : Charlotte Bousquet
Illustratrice : Stéphanie Rubini
Genre : roman graphique, jeunesse
Paru en janvier 2013
72 pages

Mon avis

C’est lors de la rentrée scolaire qu’Alex voit pour la première fois Layla, une nouvelle au collège. Intriguée par la jeune fille, elle n’ose pas l’aborder. A l’occasion d’une sortie scolaire au théâtre, elles se rapprochent et se trouvent très vite des affinités communes, elles deviennent meilleures amies. Mais Layla rencontre un garçon au nom de caleçon et les deux jeunes filles s’éloignent de plus en plus … jusqu’à ce que Layla demande à Alex de lui apprendre à embrasser.

Le nom bonbon de cette bande dessinée m’a donné envie de la lire. Si le nom rappelle une gourmandise, ce roman graphique se lit de la même manière. Sucré au départ, l’univers pop des deux filles et le trait de crayons de la dessinatrice en font un délice. Mais quand l’intrigue tourne, on ressent le piquant du bonbon. En effet, les thèmes - l’adolescence, les premiers amours, l’émo et l’éveil amoureux, l’amitié - y sont traités avec une délicatesse qui fait tourner les pages toujours plus rapidement. Puis, quand on comprend l’ampleur des sentiments d’Alex, le piquant se fait ressentir et l’on voudrait que Layla éprouve la même chose … Mais il y a un garçon pour Layla, et pour Alex ne compte que Layla.

Ce roman graphique aborde avec justesse l’émoi amoureux des adolescents, il s’attarde sur le premier baiser pour révéler l’amer de la situation pour Alex. Une empathie se crée autour de la jeune fille car l’on perçoit ses blessures et ses rancoeurs et avec elle, on ressent cette tornade d’émotions. De l’amitié à l’amour, il n’y a qu’un pas et le fait ici que les auteurs aient décidé de centrer l’intrigue autour d’un duo de filles - chose rare en littérature pour la jeunesse -   ne rend ce roman graphique encore plus beau, encore plus émouvant !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire