mercredi 21 décembre 2016

[ Bulles & Blues de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini ]

Scénariste : Charlotte Bousquet
Illustratrice : Stéphanie Rubini
Genre : bande dessinée, jeunesse
Editions Gulf Stream éditeur
Parution en 2015
72 pages
Mon avis

Je continue ma lecture des romans graphiques de l'auteur Charlotte Bousquet et j’en termine la lecture sur ce quatrième tome au cœur du même collège et de la même classe. On y retrouve les protagonistes présentés dans les tomes précédents et on découvre le personnage outsider, atypique, de la classe. Elle cultive sa différence jusque dans sa manière de s’habiller mais tout cela cache un véritable mal-être.


Amoureuse de son demi-frère, elle regrette le temps où il s’entendait bien. Elle est la seule qui voit la souffrance de Léa, l’héroïne de Mots rumeurs, Mots cutters et elle veut agir pour l’aider. Pendant tout le tome, elle cherche une solution tout en continuant sa vie d’outsider. Elle est moquée par les autres mais cela ne l’atteint pas ; ou du moins, elle ne le montre pas. Au collège, elle est comme dans sa bulle. Une bulle où sa mère l’écouterait et arrêterait de la comparer à son demi-frère, une bulle où son demi-frère accepterait de traîner à nouveau avec elle comme il le faisait avant, une bulle où on la laisserait dessiner et s’exprimer par le dessin…


Ce tome-ci nous présente le personnage le moins touchant de la série. Sous ses airs revêches, elle est la seule qui veut agir pour le bien et qui va à contre-courant de sa classe. Si elle n’était pas aussi peu intéressante peut être que cela nous toucherait mais le côté rebelle du personnage principal ne m’a pas plus. En plus de cela, je lui ai trouvé une certaine fadeur par rapport à tous ceux qui nous ont été présentés jusqu’à maintenant.



En bref, un tome un peu plus fade et moins intéressant que les précédents. Toutefois, il trouve sa place dans la série car il permet de clore Mots rumeurs, Mots cutter sur une note positive. La série est vraiment à mettre entre toutes les mains. Sans être moralisatrice, elle réagit sur faits de société qui sont au cœur des problématiques des adolescents. Ils peuvent être une bonne entrée en matière pour initier un débat sur un de ces thèmes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire