mardi 12 décembre 2017

[ Sim Survivor de Loïc Le Borgne ]

Auteur : Loïc Le Borgne
Genre : anticipation, dystopie, jeunesse, littérature française
Editions Scrinéo
Paru en octobre 2016
352 pages

Résumé


Sandro, 18 ans, est un fils de bonne famille, qui s’ennuie dans son monde luxueux et douillet au point de rechercher par tous les moyens à « planer ». Il est contacté par Ambra, une adolescente de 17 ans au caractère bien trempé, qui lui propose de vivre une expérience inédite et puissante. A ses côtés, Sandro se retrouve embarqué dans un stupéfiant jeu en théorie virtuel, Sim Survivor, dont chaque saison est suivie par des millions de fidèles connectés. 
Mon avis


Depuis la sortie des Sims 1, je suis fan du jeu vidéo et le titre n’a pas été sans me le rappeler, même si l’histoire n’a aucun rapport avec les Sims. Sans lire le résumé présenté en quatrième de couverture, je me suis jetée sur ce roman dès que j’ai pu l’avoir entre les mains - soit dès qu’il a été mis en rayon à la médiathèque. J’en ai profité par la même occasion pour découvrir un auteur français dont plusieurs romans sont dans ma -trop longue - liste d’envies. 

En tout premier lieu, Sim Survivor m’a énormément fait penser à la trilogie dystopique Hunger Games de Suzanne Collins. L’organisation de la société du personnage principal, Sandor, en cercle n’a pas été sans me rappeler les districts de Katniss Everdeen… Tout comme les jeux qui sont aussi dangereux dans l’un ou l’autre des univers. La ressemblance s’arrête là car Sandro est à l’opposé de ce qu’est Katniss. Jeune homme de bonne famille âgé de 18 ans, il cherche tous les soirs une occasion pour planer. Sa rencontre avec la belle Ambra bouleverse sa vie puisqu’elle l’amène dans un traquenard qui le mène tout droit à Sim Survivor, la célèbre émission de télé-réalité où les participants s’affrontent en réalité virtuelle. 

Ma rencontre avec Sandro ne s’est pas déroulée sans heurt car j’ai eu beaucoup d’antipathie pour ce personnage dès les premières pages. En effet, la narration se concentre sur lui et dans les premières pages du roman, il se décrit lui-même. Il ne manque pas d’arrogance et d’estime pour lui-même dans sa description aussi bien physique que psychologique. Toutefois et heureusement, le personnage évolue dans l’histoire. Si imbu de lui-même, il fait preuve d’humilité à quelques reprises et sa relation avec Ambra - quoique très houleuse - sert son évolution au fil des pages. 

Loic Le Borgne dépeint dans ce roman un univers très sombre où les limites entre réalité et monde virtuel deviennent floues au fur et à mesure que l’histoire avance. Sandro lui, vit une aventure qui le reconnecte à la vie, la même vie qui le dégoûtait dans les premières pages. Il apprend à mettre son ego de côté pour survivre et le jeu avec lequel il a grandi lui apparaît alors beaucoup moins inoffensif … 

En bref, un roman d’anticipation assez bien ficelée avec une évolution flagrante du personnage principal. On apprécie qu’au fil des pages, il arrête d’être nombriliste. Quelques personnages secondaires réhaussent l’intrigue et insufflent une originalité qui aurait pu manquer - cf références à Hunger Games

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire