jeudi 8 février 2018

[ L.A. Story de James Frey ]

Auteur : James Frey
Genre : littérature américaine, contemporain
Editions Flammarion
Paru en 2009
494 pages

Résumé


Chronique audacieuse du Los Angeles contemporain, des dizaines de personnages défilent sous les yeux du lecteur - certains ne font qu'une unique apparition - tandis que James Frey s'attache à narrer les vies dramatiques d'une poignée d'âmes perdues de Los Angeles...

Mon avis


Je ne saurais trop vous dire ce qui m’a décidé à lire ce roman sur la ville de Los Angeles depuis sa création au XVIIIème siècle jusqu’à maintenant. Avec ce roman, James Frey, l’auteur, écrit un véritable roman social - presque sociologique - sur la ville de Los Angeles. A travers toute une galerie de personnages, de familles et de destinées, il décrit l’évolution de la ville, de ses habitants et de ses différents quartiers.

James Frey choisit d’y dénoncer le rêve américain de nombreuses familles. Ces dernières américaines - ou non - décident de s’installer à Los Angeles avec dans l’idée vivre mieux, concrétiser leurs rêves, s’enrichir. Il s’agit surtout de portraits croisés qui pourtant très peu se croisent. Ils évoluent soit dans des époques différentes soit dans des quartiers différents de la ville. En très peu de pages, l’auteur parvient à leur faire prendre vie, à installer leur routine et leur vie quotidienne le temps de quelques pages. On y retrouve certains personnages récurrents comme Amberton, acteur en vogue à Hollywood, Maddie et Dylan, des jeunes adultes en fuite ou bien Esperanza, née de parents mexicains qui ont décidé de s’établir à Los Angeles.

Entre chaque chapitre, l’auteur a choisi de glisser certains faits réels sur la ville, de son histoire à des descriptions historiques des quartiers en passant par des données statistiques ou numéraires sur l’accroissement en population de la ville. On sent que l’auteur a fait un véritable travail de fourmi recherchant et reconstituant tout ce qui a fait ou fait la ville de Los Angeles de nos jours.

Dans ce roman très particulier, j’ai aimé la façon dont l’auteur en dit énormément sur la ville en faisant défiler tout son panel de personnages bien différents des uns des autres. Il raconte ainsi l’immigration, la jeunesse, le tourisme, la culture urbaine ou bien encore les trafics - drogue ou prostituées - …  

En bref, ce roman n’a pas du tout la forme à laquelle je me serais attendue mais j’ai tout de même passé un bon moment de lecture. Je ne regrette que le manque de ponctuation qui sur 500 pages rend la lecture quelques fois indigeste.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire